Panier

  • Aucun produit dans le panier.

Polluer moins chaque jour : notre empreinte numérique.

Polluer moins chaque jour : notre empreinte numérique.


Depuis ce début de mois d’octobre, nous avons pu passer en revue nos actions quotidiennes sur la planète, tangibles, évidentes.
Rouler seul dans un SUV, manger 5 fois de la viande par semaine ou se faire couler un bain matin et soir, il est évident pour la grande majorité d’entre nous que ce sont des actions à fort impact pour cette planète, des actions que l’on voit et que l’on peut donc changer nous même, dans un processus plus ou moins rapide.

Mais d’autres gestes, bien qu’invisibles et non “palpables”, sont souvent autant « énergivores ». 

Internet, le premier pollueur mondial ?

Envoyer un mail à son collègue ou la dernière photo de son chat sur Instagram peut sembler anodin aux premiers abords mais toutes ces donnée que l’on s’échange chaque jour, plus de 29 000 gigaoctets chaque seconde, encombre le réseau et nécessite surtout d’énormes zones où l’on place des centres de données, partout dans le monde.

data center

La photo de votre félin passe donc dans ces “boîtes”, alimentées 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, permettant à ce cliché de naviguer sur internet et d’atteindre le téléphone de votre proche en France, la tablette de votre ami en Espagne ou l’ordinateur de votre correspondant russe.

Il est donc difficile de s’imaginer polluer en partageant un moment de vie mais internet consomme énormément de ressources, et ce, de manière invisible.
Pour mesurer et abaisser son impact personnel, il existe quelques gestes que nous vous faisons découvrir !

Ne pas hésiter à éteindre ou mettre en veille ses produits.

Au bureau, pendant la pause café ou le déjeuner, à la maison quand on se lance dans autre chose par rapport à ce que l’on faisait sur son ordinateur, par reflexe, nous laissons nos produits allumés, écrans lumineux, branchés au courant et consommant sans réel besoin.
En 2020, la majorité des produits incorporent au sein de leur fiche technique des SSD ou des composants modernes, très rapides, permettant aux ordinateurs par exemple de redémarrer de leur veille en une poignée de secondes maximum.
N’hésitez donc plus à mettre en veille votre écran, votre tablette ou votre imprimante le plus souvent possible pour économiser le plus d’énergie possible.

Ne pas hésiter à adapter la luminosité de son écran à son environnement.

Dans un parc, en plein soleil à écrire un article tout en prenant l’air ou regarder une vidéo sur YouTube dans une pièce sombre à 23h à la maison, la luminosité de votre écran doit se régler pour dans un premier temps reposer au maximum vos yeux et éviter une fatigue oculaire bien trop importante.
Mais cette adaptation, le plus souvent une réduction du taux de luminosité, va intéragir également avec la consommation énergétique de votre produit.
Par exemple, diminuer le taux de 100% à 70% permet d’économiser jusqu’à 20% d’énergie, non négligeable pour la planète et pour la durée de vie de votre ordinateur ou écran.

Ne pas hésiter à télécharger plutôt que de regarder en streaming.

 Télécharger un film au format DVD demandera 800 mégaoctets de données d’un serveur, un format 4K peut aller jusqu’à 10 gigaoctets par exemple, mais le téléchargement permet d’opter pour un accès au serveur une unique fois.

Alors que regarder un film ou une série sur Netflix ou Amazon Prime, pendant des heures de visionnage, chaque seconde est téléchargée en direct et chaque donnée fait un aller-retour incessant entre le serveur et la télévision ce qui augmente l’impact carbone sur la planète.

Ne pas hésitez à bloquer la lecture automatique des vidéos.

Ce site qui charge une vidéo en fond et qui nécessite de longues secondes pour se lancer, des sons inopinés sortant d’un onglet, la lecture automatique des vidéos est un enfer pour certains utilisateurs.
Parfois, cela prend jusqu’à toute la page du navigateur et force l’internaute à chercher la croix rouge pour quitter le player.
En bloquant cette lecture automatique, par exemple via le navigateur Firefox, vous ferez d’une pierre deux coups : plus aucune lecture non voulue et surtout un gain considérable au niveau de la consommation d’énergie.
Car oui, en allant chercher une information automatique, les serveurs seront en plein travail.

Ne pas hésitez à réutiliser ses recherches précédentes.

Il a été analysé et mis en avant qu’une grande majorité de termes recherchés par les internautes sur par exemple Google ou Firefox ont pour simple but un ordre de navigation.
Une navigation dans le sens ou la “recherche” sur le navigateur internet n’est plus une recherche.
Vous ne cherchez pas où se trouve Facebook ou Le Monde, vous tapez Facebook ou Le Monde pour ensuite y accéder, mais vous connaissez déjà ces 2 sites car vous y allez régulièrement.
Le fait de multiplier les recherches plusieurs fois par jour, pour seulement naviguer vers vos sites préférés, a pour conséquence simple d’intensifier les recherches et les résultats, les flux de données donc entre votre support, ordinateur ou mobile, et les serveurs du moteur de recherche en question.

Un processus qui peut passer pour anodin mais qui a un fort impact sur l’empreinte carbone de chacun.
Pour palier à ce problème, n’hésitez pas à utiliser les recherches à complétion automatique dans la barre d’adresse, les historiques ou encore tous vos favoris ou marques-pages.
Vous gagnez en ergonomie et vous faites du bien à la planète !

Ne pas hésitez à compenser.

planting tree

L’activité de chacun sur internet, ces recherches toute la journée, notre empreinte carbone numérique peut facilement se réduire.
Cependant, il reste très compliqué de pouvoir très fortement les restreindre, voire les supprimer.
Pour compenser une activité digitale quotidienne, il existe de nombreuses solutions, comme le moteur de recherche Ecosia.
Ecosia finance la plantation d’arbres à partir du profit qu’il arrive à générer par les recherches en ligne.
Plus vous cherchez avec Ecosia, plus ils compensent de leur côté, c’est une action gagnante gagnante pour tout le monde.
Le navigateur estime que les utilisateurs de Firefox ont déjà planté 20 000 arbres par exemple, sans compter les nouveaux utilisateurs chaque année !


Et vous, quels sont vos bonnes résolutions numériques ?



 

Articles similaires

Poster une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée ! Merci de remplir les champs marqués *